[5 règles d’or pour « Bien manger » #2]

Et voilà le retour … des règles d’or pour « Bien manger » #2

Alors, j’ai décidé de vous parler des fruits et légumes. Alors, oui, des fois, cela est lassant d’entendre à tout va et systématiquement « Pour votre santé, manger 5 fruits et légumes par jour ». Ca commence à sonner comme une injonction ou limite comme une menace ! Plus sérieusement, ils sont indispensables à notre santé. Crus, cuits, secs, fermentés, ils nous apportent des vitamines, des minéraux, des fibres, de l’eau …

Pour vous donner un repère, les légumes doivent remplir la moitié de notre assiette pour une alimentation équilibrée. Et pour notre bonheur, il existe une grande diversité de légumes, quasiment de toutes les couleurs (et donc avec des qualités nutritionnelles différentes) et avec une palette de saveurs très large. D’un point de vue général, ils sont bien digérés, ils contribuent à l’équilibre de notre microbiote intestinal et ils régulent le taux de sucre dans le sang grâce aux fibres (facilitant également le transit intestinal).

Du coup, privilégiez les fruits et les légumes de saison, locaux si possible et déclinez les dans une multitude de recettes pour plus de plaisir.

Car n’oubliez pas : soyez gourmands.es, soyez curieux.ses, il est possible de bien manger et manger bien:)

A la semaine prochaine pour la prochaine règle d’or du « Bien manger » et d’ici là prenez soin de vous:)

[5 règles d’or pour « Bien manger » #1]

Aujourd’hui, je vous propose de commencer une série de sujets sur l’alimentation saine. Des conseils simples qui sont une invitation à vous questionner : est-ce que j’applique déjà ce conseil ? Que puis-je encore améliorer dans mon alimentation pour allier équilibre et plaisir de manger ?

Rendez-vous toutes les semaines pour découvrir 1 règle autour du « Bien Manger » et échanger sur nos pratiques alimentaires qu’elles soient bonnes ou à améliorer… Et oui, je vous vois venir … l’hiver approche mais il ne sera pas possible de manger tous les jours tartiflettes et raclettes. Oui, je l’avoue … j’aime bien aussi:)

Règle #1 : Consommez chaque jour plusieurs sources de gras

Vous ne le savez peut-être pas, mais de la qualité des graisses que nous consommons, dépendent plusieurs fonctions biologiques importantes : l’équilibre de l’humeur, la fluidité du sang, le niveau d’inflammation de l’organisme. Votre santé dépend donc de l’équilibre entre les graisses saturées, monoinsaturées et polyinsaturées de votre alimentation

Alors concrètement, que mettre dans son assiette ?

Privilégiez les bonnes huiles végétales

Pour la cuisson, il est préférable d’utiliser les huiles riches en omégas-6 et -9 comme l’huile d’olive, de tournesol ou d’arachide. Pour l’assaisonnement, il est conseillé celles riches en omégas-3 : l’huile de colza, de noix, de lin ou de soja. Vous pouvez même les mélanger selon vos goûts. L’huile que vous achetez doit être de première pression à froid afin qu’elle conserve tout son intérêt sur le plan nutritionnel.

Les autres sources de bons gras

-le gras des végétaux : avocat, coco, fruits à coque …

-l’oeuf

-la viande blanche

-le poisson dit gras : hareng, maquereau, sardine … Privilégiez les poissons de petite taille pour diminuer les éventuelles contaminations aux métaux lourds (oui, malheureusement, c’est parfois le cas).

A consommer … mais avec modération

-le beurre. Il est toujours à consommer cru. Il apporte alors des matières grasses saturées mais aussi de la vitamine A et D.

-les viandes rouges, la charcuterie

-les laitages et fromages

-les frites

Alors voilà, à vous de jouer ….et n’oubliez pas de prendre soin de vous !

Le Festival Alimenterre, vous connaissez ?

Bonjour à tous, j’ai le plaisir de faire partie et ce depuis tout récemment du groupe alimentation durable du Dunkerquois.

Le Groupe alimentation durable, c’est quoi ?

Une quinzaine d’acteurs impliqués dans le mieux vivre alimentaire sur le Dunkerquois réunis pour organiser des événements, temps d’échanges, enquêtes, actions au plus près des habitants afin de sensibiliser et d’accompagner le territoire pour une transition alimentaire économiquement, écologiquement et socialement viable.

Une action dans le cadre du Festival Alimenterre

Dans le cadre du festival Alimenterre, le Groupe alimentation durable du Dunkerquois vous propose parmi une sélection de 8 films sur l’alimentation durable et solidaire, 2 soirées ciné confiné autour des thématiques liées à l’alimentation, au bien manger, à l’engagement possible dans la transition écologique via des modes de consommation raisonnables et la place importante des femmes dans l’agriculture.

Prochaine SOIRÉE CINÉ-CONFINÉ AVEC LA DIFFUSION DE « RECETTES POUR UN MONDE MEILLEUR » VENDREDI 27 NOVEMBRE – 18H30 – événement gratuit

https://www.alimenterre.org/cine-debat-des-recettes-pour-un-monde-meilleur?fbclid=IwAR3pxeX1kUt-zwja2OOqG2qpAP-h-4_r0dgaUX-_eBWoz5wOStaS6qn-l9w

La projection sera suivie d’un temps de discussion pour échanger sur ces questions et vous présenter des initiatives concrètes afin de devenir vous aussi, acteurs du changement.

Retrouvez toutes les informations sur le site du festival alimenterre : https://www.alimenterre.org/le-festival-alimenterre-0.

N’oubliez pas de vous installer confortablement avant de lancer la projection depuis ce lien : https://www.imagotv.fr/festival/alimenterre/341

Bonne séance !

Ce que veulent les industriels!

Les industriels de l’agro-alimentaire veulent vendre … toujours plus. Ils utilisent alors les tendances de consommation du moment pour faire évoluer leur argumentaire commercial… en dépit du bon sens et de l’information du client. Ils sèment alors la confusion propice à leurs ventes. Le cas concret est celui de Daddy. Si la tendance est à une alimentation saine alors leur produit devient « naturel » : « Au commencement, Daddy est naturel ». Oui, il est naturel en étant issu de la canne à sucre ou de la betterave sucrière. Il l’est beaucoup moins après le processus du raffinage. Celui-ci enlève toute valeur nutritionnelle au sucre ! Cela occulte la vérité globale du produit.

Un argument commercial peut être trompeur. Alors, soyez prudent.e, lisez les étiquettes, informez-vous sur les conditions de fabrication, d’élevage … pour acheter en toute conscience ce que vous voulez et quand vous voulez ! Un.e consommateur.rice avertit, en vaut deux:)

Et n’oubliez pas : soyez gourmands.es, soyez curieux.ses, il est possible de bien manger et manger bien

Notre alimentation en période de confinement : petit guide de survie à appliquer dans la cuisine

Parfois, notre alimentation répond à un besoin émotionnel … calmer ou apaiser un stress, une inquiétude, avoir le sentiment de se faire du bien en dégustant un pâtisserie. Cela arrive à un moment où l’on a un besoin impérieux et non satisfait de se faire plaisir ici et maintenant.

Bref, avec le confinement, nous sommes plus largement concernés par cette alimentation guidée par notre état émotionnel. Selon une étude de l’IFOP, 57% des sondés ont pris en moyenne 2,5 kg pendant le premier confinement. Moins d’activité sur le plan physique, plus de stress, de l’ennui pour certains, pas de loisirs en extérieur … et voilà la balance qui affiche plus de kilos.

Ainsi en cette période (voire en cette année) perturbée et perturbante, nul besoin de s’adresser des reproches. Si, si, je vous l’assure, cela n’a aucun intérêt! Cela n’est pas moteur en terme de motivation ou d’énergie !

Alors, ensemble, prenons les choses du bon côté pour notre alimentation :

Cuisinons… Cela élimine de fait les plats industriels de notre alimentation, mauvais pour notre santé. Et cela signifie bien plus encore ! Car cuisiner, c’est faire fonctionner ses mains, sa tête et son cœur. Plonger les mains dans la farine, dans la pâte, mélangez, touillez – j’aime bien ce mot !- épluchez , ciselez, déglacez, parez, découpez, mijotez, foncez quoi 🙂 Là, vous occupez votre esprit sur l’instant présent, vous vous réjouissez à l’avance de ce que vous allez déguster et du plaisir que vous aurez à partager ! Sans parler de la satisfaction d’avoir réussi votre recette. Si, si, on y arrive. Il n’y a pas de mauvais cuisiner, juste des cuisiniers qui n’ont pas encore osé:)

Développons notre curiosité et notre créativité. Cuisinez des légumes que vous n’avez jamais goûtés ou cuisinés à la maison. Lancez-vous un défi, choisissez un produit que vous connaissez peu et lancez-vous dans une nouvelle recette. Sans y prêter attention, vous changez quelques habitudes et mettez plus de diversité dans votre alimentation – et ça c’est bien !

Suivons les principes d’une alimentation saine et durable. Quelques rappels de base : choisir des produits simples c’est-à-dire bruts ou non transformés, des produits frais et de saison donc beaucoup de légumes, des produits non raffinés – sucre complet, farine semi-complète .., et bien sûr de la diversité en tout : viandes, poissons, œufs, légumes, fruits, légumineuses et dans la sélection des bonnes matières grasses aussi – elles sont indispensables au fonctionnement de l’organisme, ne l’oublions pas. – Et enfin, passons à table en se faisant plaisir avec une assiette bien dressée dans une jolie vaisselle – n’oublions pas qu’un plat se déguste aussi avec les yeux- en ayant pris soin bien sûr d’éteindre la TV … pour profiter pleinement d’un bon repas.

Alors, à vous de jouer en cuisine …. et à table !

“Fait Maison” versus fabrication industrielle

Le combat est inégal et perdu d’avance pour la pâtisserie industrielle ! Si, si, nous le savons tous, le constat est même facile : la pâtisserie « Maison » est plus saine et même meilleure en goût. Alors, pensons-y lorsqu’on nous faisons les courses et achetons les ingrédients pour prendre ou reprendre le temps de cuisiner !!! (Je sais ! Le seul côté embêtant de la cuisine, c’est la vaisselle: ) ).

Alors voilà un exemple avec le pain d’épices s’il fallait vous convaincre et vous encourager un peu à prendre le chemin des fourneaux:) Par contre, je l’avoue, j’ai choisi le pain d’épices car j’avais envie de le manger … il n’y a pas d’autre raison que ma seule gourmandise:)

Voici les ingrédients de mon pain d’épices « Maison » :

250g de farine complète, 120g de miel, 100g de sucre complet, 20 cl de lait, 1 sachet de levure, 1 cuillère à café de 4 épices, 1 cuillère à café de cannelle.

Voici les ingrédients du pain d’épices de marque distributeur

Sirop de glucose-fructose (petite note : le 1er ingrédient cité est celui le plus présent), farine de SEIGLE 35%, eau, sucre caramélisé (sucre, eau), poudres à lever : carbonates de sodium – diphosphates, sel, huile végétale (colza), arôme, conservateur : acide sorbique, mélange d’épices (dont cannelle), farine de BLE malté.

Traces éventuelles de lait et fruits à coque.

Je déclare la victoire par KO du « Fait Maison » sur la pâtisserie industrielle.

Alors profitez et cuisinez !!!

Des calories vides … c’est quoi cette histoire ?

Nous sommes nombreux à penser que lorsque nous ingérons de la nourriture, nous nourrissons notre corps et nous le satisfaisons… Et bien non, nous sommes parfois loin (mais alors très, très loin) du compte 😉

Certains aliments ou plats nous apportent certes des calories (donc de l’énergie) mais pas ou peu de nutriments.

Mais que se passe-t-il alors me demanderez-vous (si, si, je suis certaine que vous me le demandez) ? La réponse : en fait, nous mangeons des calories vides. Nous manquons alors de vitamines ou de minéraux que notre corps nous réclame (un besoin non satisfait ne « s’éteint » pas mais s’amplifie) en réactivant le mécanisme de la faim. Et là, nous nous précipitons à nouveau dans le réfrigérateur ou dans les placards (vous savez, ceux qui fourmillent de si délicieux – et si néfastes – gâteaux industriels) pour ingérer de la nourriture aussi mauvaise sur le plan nutritionnel, qui nous amène dans un cercle vicieux pouvant provoquer surpoids ou obésité.

Bref… plus tu manges mal, plus tu as faim !

Comment éviter ces carences nutritionnelles et surtout quels sont les aliments apportant des calories vides ?

Tout d’abord, commençons par les aliments incriminés :

  • les boissons sucrées ( jus de fruits, sodas ..)
  • les aliments raffinés : sucre blanc, riz blanc, semoule blanche, pain blanc …
  • les plats ou produits industriels (pizza, hamburger, charcuterie bas de gamme …)
  • Les matières grasses transformées : margarine, certaines huiles ….

« Mes petits conseils » : il est indispensable de diversifier son alimentation. Je vous recommande également de cuisiner « Maison », d’intégrer des aliments complets dans vos recettes, de manger des fruits et légumes frais, locaux et non issus de l’agriculture intensive…

Après quelques changements dans vos habitudes, vous apporterez à votre organisme ce dont il a besoin et en plus… vous vous ferez réellement plaisir !

PS : désolée pour la photo d’un plat industriel qui n’est pas appétissante. Promis, je publierai prochainement des recettes saines et gourmandes avec de jolies photos 🙂

Une recette de gâteau au chocolat saine et gourmande !

gateau au chocolat avec courgette

Peut-on déguster un délicieux gâteau au chocolat sans exploser le compteur des calories et sans pic de glycémie ?

Et bien oui, avec cette recette sans beurre, sans sucre mais avec de la courgette !

C’est surprenant mais la courgette, ce légume gorgé d’eau, va retenir l’eau à la cuisson et donner du moelleux au gâteau. Neutre en goût, il ne se sentira pas à la dégustation pour laisser la place au chocolat. Il est donc important de privilégier un chocolat de qualité pour que le plaisir soit au rendez-vous. Enfin, ce gâteau sans sucre va vous éviter les fringales sucrées et le pic de glycémie.

Ingrédients : 2 oeufs / 200g de courgettes / 200g de chocolat/ 80g de farine de blé

Faites préchauffer votre four à 180°. Faites fondre le chocolat au bain marie. Râpez finement les courgettes crues (sans la peau si elles ne sont pas bio ou si vous ne souhaitez pas les “voir” dans votre gâteau). Dans un saladier, mélanger le chocolat fondu avec la farine tamisée, les jaunes d’oeuf et les courgettes. Ajouter enfin les blancs montés en neige. Versez dans un moule beurré. Enfournez 10 min à 180° puis 30 minutes à 160°

C’est testé et approuvé, alors bonne dégustation 🙂